Catalogue

Genre : Essai, Document

Édition originale : 1970

Édition BQ : 2010

Prix : 11.95 $

Pages : 168

ISBN : 978-2-89406-291-3

Un amour libre suivi de Dix-sept tableaux d’enfant

Pierre Vadeboncoeur  - Essai, Document -

Plus de vingt ans séparent la publication des deux textes qui composent cette édition et pourtant Dix-sept tableaux d’enfant prend le relais d’Un amour libre comme s’ils avaient été conçus ensemble. Dans Un amour libre, récit de la relation d’un père avec son fils entre l’âge de deux à quatre ans, le père suit avec amour l’évolution de l’esprit et du cœur de son fils en l’accompagnant à la frontière de l’imaginaire et du réel. En jouant avec lui, en acceptant la logique du rêve, le père voit le réel contaminé par l’imaginaire, comme une renaissance de son propre monde.
Dix-sept tableaux d’enfant poursuit la réflexion. Cette fois, le père retrace, dans les tableaux de sa fille faits entre six et onze ans, «tout le chemin que parcourt la conscience vers le réel». Il est témoin de la métamorphose de sa fillette en une artiste. Quand elle dessine, elle n’est déjà plus une enfant. Les signes plastiques et poétiques de cette mutation fournissent à Pierre Vadeboncœur une occasion d’émerveillement qu’il transforme en une étude lumineuse sur la création artistique.


À propos de l'auteur

Pierre Vadeboncoeur

L’un des grands essayistes contemporains, Pierre Vadeboncœur occupe une place de tout premier plan dans la littérature québécoise. Avocat de profes (...)

En savoir plus sur l'auteur >

Échos de presse

« Deux livres essentiels pour apprendre à vivre dans un "temps fluide" qui déjoue la frontière apparente entre l’imaginaire et le réel, entre la vie et la mort. Il faut lire Vadeboncœur pour échapper à la mélancolie et à l’angoisse, pour habiter l’instant qui, à l’instar de l’épinette hivernale que contemplent l’enfant et l’artiste, vit “dans ce qui avait été et dans ce qui serait”, "parle d’un temps fort éloigné dans le passé, fort lointain dans l’avenir, d’un jour promis par la loi de récurrence certaine du bonheur". »

— YVON RIVARD