Catalogue

Genre : Roman

Édition originale : 2002

Édition BQ : 2007-03-15

Prix : 8.95 $

Pages : 136

ISBN : 978-2-89406-277-7

Dée

Michael Delisle  - Roman -

Laissée à elle-même, une fillette passe ses journées au dépotoir à chercher des carcasses de chiens errants. Dans la banlieue des années 1950, juste avant l'avènement des maisons riches et propres, la vie ne lui propose rien d'autre. À quinze ans, elle tombe enceinte. On la marie tout de suite et on lui achète une de ces maisons de rêve. Et on l'abandonne de nouveau. Seule dans son bungalow tout neuf, elle s'ennuie. Jusqu'à ce qu'elle remarque le camelot… Roman cru, déchirant, Dée établit un parallèle saisissant entre le destin d'une jeune fille et celui des terres qui l'ont vue naître et qui, en passant abruptement de la misère à l'opulence, ont sacrifié leur histoire.


À propos de l'auteur

Michael Delisle

Né en 1959, Michael Delisle s'est d'abord fait connaître comme poète. Il est l'auteur de plusieurs recueils de poésie, dont Fontainebleau (...)

En savoir plus sur l'auteur >

Échos de presse

« Ce récit d’une descente inéluctable dans le vide est mené par Michael Delisle avec une rigueur exceptionnelle. Aucun apitoiement : c’est le lecteur qui est appelé à porter le poids du malheur. On pourrait lire superficiellement, dans ce roman, une illustration des dysfonctionnements provoqués par le passage de la société traditionnelle à la modernité, il y a quelques décennies. C’est infiniment plus : une véritable tragédie de l’abandon, aussi actuelle aujourd’hui qu’il y a 50 ans. On en sort envahi d’une immense pitié pour Dée, pour les autres, pour la pauvre tribu humaine. »

— GILLES MARCOTTE, L’actualité


« C’est un véritable petit exploit que réussit Michael Delisle de relater, en de courts épisodes, la délitescence de ce personnage de fillette qui a grandi trop vite, devenue une épouse esseulée, puis avant même ses vingt ans, une femme vieillie, assommée par les médicaments. »  

— ROBERT CHARTRAND, Le Devoir


« L’un des romans québécois les plus réussis et les plus dérangeants de ces dernières années. »

— MICHEL BIRON, Voix et Images