Catalogue

Genre : Roman

Édition originale : L’instant même, 1994

Édition BQ : 2018

Prix : 9.95 $

Pages : 152

ISBN : 978-2-89406-418-4

Format : 10,7 x 17,7 cm

Intérieurs
L’homme à qui il poussait des bouches - La mort aux dents - L’homme qui avait avalé un gouffre

Jean-Jacques Pelletier  - Roman -

L’homme à qui il poussait des bouches : À son réveil, un homme se voit incapable de desserrer les mâchoires, retenues par des broches de métal. Il voit trois nouvelles bouches lui pousser – une dans le dos, une sur le ventre et une dernière dans le cou – qui lui permettront d’exprimer trois aspects de lui-même qu’il avait refoulés. Mais tout rentrera dans l’ordre une fois ces libérations accomplies, tant par la parole du héros que par l’écriture qui en découle.

La mort aux dents : Des traces de morsures apparaissent sur le corps de Dino. D’abord légères. Puis de plus en plus prononcées. Soupçonnant des infidélités, sa femme le quitte. Puis ça s’amplifie. Son corps se couvre de morsures. Les hypothèses scientifiques et les sectes prolifèrent autour de lui. Son corps entier devient une sorte de stigmate vivant... Même sa mort semble incapable d’arrêter le processus qui le dévore. 

L’homme qui avait avalé un gouffre
: Enfant, Victor avait déjà beaucoup d’appétit. Puis, les choses se sont mises à déraper. Pour le nourrir, il faut désormais de plus en plus de nourriture. Pourtant, il n’engraisse pas : la nourriture semble simplement disparaître dans son corps. Au point que les savants s’inquiètent. Que se passera-t-il lorsqu’il ne sera plus possible de nourrir son estomac ? Celui-ci dévorera-t-il son propriétaire ?


À propos de l'auteur

Jean-Jacques Pelletier

Jean-Jacques Pelletier, avec une œuvre de plus d’une trentaine de titres, est sans doute l’auteur de thrillers québécois le plus connu e (...)

En savoir plus sur l'auteur >

Échos de presse

« Œuvre sur la communication et l'autocensure, L’homme à qui il poussait des bouches utilise sobrement le fantastique pour créer un climat d'absurdité propre à l'univers de Kafka [...]. »  

Claude  Janelle,  Lettres  québécoises  

 « Le roman de Jean-Jacques Pelletier, L'homme à qui il poussait des bouches, constitue un exemple de traitement original d'un thème souvent abordé : les métamorphoses du corps humain. C'est sans contredit une exploitation audacieuse et astucieuse des procédés narratologiques de la part de l'auteur qui fait l'unicité de ce texte. »      

Steve  Laflamme,  Québec  français