Catalogue

Genre : Roman

Édition originale : Leméac, 2011

Édition BQ : 2024

Prix : 13.95 $

Pages : 192

ISBN : 9782894065273

Format : 10,7 x 17,7 cm

Guyana

Élise Turcotte  - Roman -

Sous des airs de polar, Guyana raconte l’histoire d’une mère – Ana – et de son fils – Philippe – dont les vies sont chamboulées par la mort de leur coiffeuse, qui a toutes les apparences d’un suicide. Obsédée et préoccupée par ce décès soudain, la mère, journaliste de profession, entame sa propre enquête sous l’œil inquiet de son fils, alors que ce dernier se remet à peine du deuil de son père, décédé un an plus tôt d’un cancer. À mesure que progresse les recherches autour de la vie de Kimi, on apprend comment cette Guyanaise s’est trouvée impliquée malgré elle dans un commerce illicite. Dans le tiroir des souvenirs personnels d’Ana se réveille alors la mémoire d’un événement violent qui remonte au 18 novembre 1978, alors que 914 membres de la secte du Temple des Peuples, dirigée par le révérend Jim Jones, étaient assassinés au Guyana. Comment toutes ces personnes sont-elles liées ? Comment s’attachent les drames de la vie des uns et des autres ? 


À propos de l'auteur

Élise Turcotte

Poète, nouvelliste et romancière, Élise Turcotte a été maintes fois récompensée pour son travail. Elle a notamment remporté le Gra (...)

En savoir plus sur l'auteur >

Échos de presse

« Guyana se lit pratiquement comme un polar poétique, au départ claustrophobe, justement, mais qui s’épanouit dans une finale dont on ne vous révélera rien, tant elle est franchement étonnante. »

– Chantal Guy, La Presse


« Guyana, c’est aussi désormais le roman gigogne d’Élise Turcotte, où les récits — ceux des morts comme ceux des vivants — s’encastrent, de Montréal à Georgetown. »


– Catherine Lalonde, Le Devoir

 

« Tout se télescope dans ce roman choral porté par un souffle remarquable. La maturité de l’écriture d’Élise Turcotte, auteure maintes fois récompensée pour ses romans mais aussi pour sa poésie et ses livres jeunesse, est plus que jamais palpable. »

– Danielle Laurin, Elle